Or . Ornement frontal décoré d’une tête humaine portant un couvre-chef en forme  de  demi-lune  et de deux personnages zoomorphes représentant des dragons à têtes de félins et au corps dentelé. Mochica. Côte Nord, Pérou, 200 av. J.-C - 600 apr. J.-C. Museo Arqueologico Rafael Larco Herrera. INV. ML100769. H : 26,6 cm La : 29,5 cm. Photo : Museo Arqueologico Rafael Larco Herrera, Lima, Pérou Oeuvre présentée à Paris pour l’exposition “Or des Amériques” en 2008 Le mot vient du latin aurum : « aube luisante ». L’or est tout à la fois très dense (1m³ pèse 19,3 tonnes), peu sensible à l'oxygène et résistant aux acides. C'est pourquoi il est presque inaltérable et ne ternit pas, même après des siècles d'enfouissement. S'il fond à 1064°C et boue à 2807°C, l'or est surtout ductile. C'est le plus malléable des métaux. Martelée, une once  (31,1 g) peut couvrir une surface supérieure à 10 m² Pour les Précolombiens, l'or n'avait aucune valeur marchande. Mais son éclat - égal à celui du soleil - et tout autant sa rareté lui conféraient un très grand prestige*. Signe obstentile de pouvoir ou transformé en objets religieux par d’habiles artisans qui maîtrisaient toutes les techniques (martelage, mise en forme, assemblage, fonte à la cire perdue...), l’or était si apprécié des élites, si demandé, qu’il vint à manquer. Ainsi pourrait s’expliquer le succès du Tumbaga . Avant la découverte de nouveaux gisements et l’arrivée des Européens en quête - obsessionnelle - de l’Eldorado.     Pour en savoir plus (en langue française) L’or des dieux, l’or des Andes. Pérou Equateur Colombie.   Sous la direction de Daniel LEVINE. Edition Serpenoise. 1994 -    L’or  du Pérou. Fondation de l’Hermitage. Lausanne. 1998. Civilisation  du Soleil.   Chefs d’oeuvre du musée de l’or de Bogota.   Musées    des Augustins. 1996. DORA Jansen et Paul. La   collection    Hommage aux artistes précolombiens. Fonds     Mercator 5  continents  éditions. 2005. Or des Amériques.    Septentrion.    Musée  de  la Civilisation (Québec). 2008. L’or des Incas. Origine et Mystères. Edition de la  Pinacothèque de Paris. 2010 Lire l’interview de : Carole Fraresso      Il n’avait aucune valeur marchande, mais sa rareté lui conférait un grand prestige Pendentifs en or du Costa Rica © Photothèque A.d’Orval Tout objet en or était fondu pour enrichir la couronne et embellir les églises. © Jacques Barbier.  Voir Muisca * Menu de l’abécédaire illustré http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jsa_0037-9174_1947_num_36_1_2363_t1_0231_0000_2 Lire aussi sur le site Persee : l’or de la Tolita  Interviewes des     chercheurs, sites web, expos Interviewes des      chercheurs, sites web, expos ART PRECOLOMBIEN - PRE-COLUMBIAN ART - ARTE PRECOLOMBINO