Côte Sud du Pérou. L’influence culturelle de la côte nord du Pérou (cupisnique et chavín) est manifeste de 800 ans à 600 av J.-C. Tant sur le plan de la céramique que du textile, voire de l’architecture (à l’exemple des briques coniques que l’on trouve  à Cahuachi).  C’est à partir de 600 av. J.-C. que l’entité Paracas émerge réellement et se développe jusqu’à 100 ap J.-C. De récentes fouilles dirigées par l’archéologue* Aïcha Bachir Bacha (interview à venir), dans la basse vallée d’Ica, sur le site paracas d’Animas Altas/Animas Bajas, ont mis au jour une architecture monumentale - avec terrasses cérémonielles -, preuve d’une organisation politico-religieuse complexe. Il revient au docteur Julio César Tello d’avoir découvert en 1925, une grande nécropole dans la péninsule de Paracas, sur la côte désertique. À l’examen des sépultures, deux phases ont été distinguées. La phase Paracas Cavernas - la plus ancienne - se distingue par des puits débouchant à grande profondeur (parfois jusqu’à 7 m) dans des sortes de cavernes, des grottes artificielles, contenant plusieurs dizaines de corps. La phase Paracas Necropolis (200 av - 100 ap J.-C.) se caractérise par des murs de maçonnerie qui ont permis d’édifier, à moindre profondeur, de vastes cryptes. Dans le prolongement de la culture Chavin, la phase Paracas se perpétue tandis qu’émergent, localement, les cultures nasca et topora (nord de la Côte sud). *Archéologue à l’EHESS. Lire également l’interview de  Vanessa Tinteroff Gil Spécificités artistiques : sur les céramiques, les pigments colorés sont appliqués après cuisson. Des parures en or martelé ornent certaines momies. Par ailleurs, issus du coton ou de la laine de lama ou d’alpaga, les textiles paracas (mantos, unkus, esclavinas…), à l’iconographie manifestement influencée par la culture nazca, ont été préservés grâce à l’extrême aridité des sols. La finesse du décor et la fraîcheur exceptionnelle des couleurs caractérisent nombre de tissus. Une exposition exceptionnelle réunissant des textiles jamais présentés hors du Pérou leur a été consacrée par le musée du Quai Branly du 1er avril au 13 juillet 2008. Commissaire : Danièle Lavallée. Lire aussi les interviews de : Dimitri Karadimas Paz Nuñez Reiguero   Pour en savoir plus (en langue française) D’HARCOURT Raoul. Les tissus indiens du vieux Pérou. Édition Albert Morancé (publié en 1924 et réédité à l’occasion de l’exposition des tissus péruviens au musée du Quai Branly en avril 2008).  Catalogue de l’exposition Paracas trésors inédits du Pérou ancien. Musée du Quai Branly - Flamarion. 2008.                                  Paracas  © Jgz CGB ©  Ymago Musée du Quai Branly © Photothèque A.d’Orval Une région désertique qui s’étend jusqu’à la mer L’affiche de l’exposition Petit bol gravé d’un scolopendre Diam : 10 cm. Bouteille anthropomorphe.  La tête, les yeux, le nez et  les  bras du personnage apparaissent en léger relief. Hauteur  : 14 cm. Le désert a préservé les tissus, aux couleurs éclatantes,                        qui enveloppaient les défunts www.quaibranly.fr  Rubrique : Documentation  scientifique. Pour  accéder au portail documentaire. Quatre catalogues en ligne : médiathèque, icono- thèque, archives et documentation des collections. Et  le  catalogue des objets à visionner avec le zoom. Le Journal de la Société des Américanistes en ligne : - de 1895 à 2000 : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/jsa - de 2000 à 2005 : http://jsa.revues.org/  Pour de plus amples informations http://www.youtube.com/watch?v=fmJ3XWruLfk Voir aussi : Les Précolombiens sur le Net Les Précolombiens en Europe Menu de l’abécédaire illustré  Interviewes des     chercheurs, sites web, expos  Interviewes des     chercheurs, sites web, expos sur la transition Paracas-Nazca sur les textiles andins sur l’iconographie amérindienne ART PRECOLOMBIEN - PRE-COLUMBIAN ART - ARTE PRECOLOMBINO http://www.youtube.com/watch?v=GMo5yEG2pYc