Textile Les premières traces d’entrelacs végétaux et de textiles retrouvés en Amérique dateraient de 12 000 ans. C’est le résultat d’une récente analyse portant sur des fragments de fibres retrouvés dans la grotte de Guitarero (Pérou). De tous les textiles laissés par les Préco- lombiens, tant en Mésomaérique qu’en Amérique du Sud, ceux du Pérou nous sont parvenus dans un état de fraîcheur souvent excep-tionnel, en raison de l’aridité des sols. Ces tissus ont été confection- nés à partir du coton et des laines de camélidés. Le plus souvent à l’aide d’un métier à tisser portatif, dit « à ceinture ». Outre l’habille- ment, les tissus — qui avaient plus de valeur que tout autre objet — faisaient partie des tributs guerriers et des offrandes rituelles ou  funéraires. Au Pérou, une grande partie de la production était des- tinée aux «fardos», ces ballots qui enveloppaient les défunts. De Chavín aux Incas, tous les peuples péruviens ont consacré des millions d’heures de travail à la confection des tissus destinés à accompagner les morts. Pour les diverses cultures qui se sont succédé au Pérou avant l’arrivée des conquistadors en 1492, le textile était l’art premier - ou primordial - qui a marqué l’architecture, la céramique, la métallurgie, et était en phase avec l’organisation sociale et les relations politiques. C’était un support de communication visible à travers les vêtements et les nombreux dessins d’origine textile peints sur des murs ou sur des céramiques, ou encore reproduits en orfèvrerie ou en bas reliefs” (Sophie Derosiers et Sheila Hicks. Extrait de la préface de l’ouvrage Les Textiles anciens du Pérou et leurs techniques. Par Raoul d’Harcourt). Les techniques utilisées permettaient de réaliser des toiles, reps, tapisseries, bouclettes, serges, mais aussi des tissus à fils décoratifs ou ajourés, ainsi que des gazes. Sans compter les broderies à l’aiguille et les ornements (franges, bordures, etc). Les motifs, d’abord figuratifs, sont devenus, au fil des siècles, de plus en plus stylisés et géométriques. Les mantos cérémoniels paracas fourmillent de détails iconographiques. Les humains, aux visages masqués, y tiennent souvent des têtes trophées. Sont également représentés des animaux (jaguars, serpents, poissons…), des plantes, des chamanes « en transformation » (mi-hommes mi-animaux) et des êtres surnaturels. À partir d’une palette de près de 200 teintes. Le gigantisme de certains tissus (plus de 20 mètres de long sur 3 de large), et plus encore le fait qu’ils soient formés de très longs fils (ils n’étaient jamais coupés) sont peut-être à l’origine de « l’interprétation industrielle » des géoglyphes nazcas . Selon Henri Stierlin, ils auraient servi d’aires de filage, doublage, stockage et ourdissage. À signaler également : les tissus peints. L’archéologue Giuseppe Orefici en a retrouvé tout un lot dissimulé dans le sol à proximité de la grande pyramide nasca de Cahauachi. Certains chercheurs avancent que les tissus peints —  évidemment moins longs à réaliser —  servaient à prêcher la bonne parole (religieuse), telles des affiches de propagande. Le vocabulaire textile inclus, entre autres, les termes suivants : manto, bannière, unku (chemise), cushma (grande tunique), tokapu (manteau d’apparat), lliclla (cape pour femme), llacolla (cape pour homme).  Lire l’interview de : Paz Nuñez Reiguero   Vanessa Tinteroff-Gil Pour en savoir plus  DESROSIERS Sophie. Métier à tisser et vêtements andins. Ceteclam. Paris. 1982 - TEXTILES OF ANCIENT PERU - TEJIDOS DEL PERU ANTIGUO. Edition : Roberto Gheller Doig. Pérou.  2005. D’HARCOURT Raoul. Les textiles anciens du Pérou, et leurs techniques (publié en 1924 et réédité en 2008 à l’occasion de l’exposition Paracas du musée du Quai Branly Catalogue de l’exposition Paracas trésors inédits du Pérou ancien. Musée du Quai Branly - Flamarion. 2008.     Lire l’interview de Dimitri Karadimas         Pour de plus amples informations           http://www.quaibranly.fr/     Rubrique : Documentation  scientifique. Pour  accéder au portail documen-     taire. Quatre  catalogues  en  ligne : médiathèque, iconothèque, archives et     documentation des collections. Et le catalogue des objets à visionner avec     le zoom.                 Le Journal de la Société des Américanistes en ligne :      - de 1895 à 2000 : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/jsa      - de 2000 à 2005 : http://jsa.revues.org/          Et aussi les tissus peints... © Photothèque A.d’Orval © Photothèque A.d’Orval    Tissu peint chancay. “Maître des animaux” entouré des quatre singes. Illustration  de  Felipe  Guaman  Poma  de   Ayala (1580 - 1620 ?). Femme inca utilisant un métier à tisser portatif. Southamerican Pictures com ©                 “L’art premier - ou primordial - qui a marqué l’architecture, la céramique, la métallurigie”      Gaze chancay (Pérou)    Petit métier à tisser chancay. Pérou    © CGB   Oiseau entre deux frises de vagues Chancay (Pérou). Galerie Mercure Grande tunique - cushma.  Nazca  132 x 205  cm    © Phototèque A.d’Orval Manto bordé de têtes humaines à chevelure libre. 79 cm x 40 cm © Phototèque A.d’Orval Tissu peint Huari Tissu peint proto-nazca Menu de l’abécédaire illustré  Interviewes des     chercheurs, sites web, expos Interviewes des     chercheurs, sites web, expos ART PRECOLOMBIEN - PRE-COLUMBIAN ART - ARTE PRECOLOMBINO