Panthéon nazca Le monde religieux nazca était peuplé de créatures surnaturelles. Donald A. Proulx place en premier l’Être mythique anthropomorphe, encore appelé Démon chat, dont l’image est la plus représentée au début de la période Nazca. La créature est masquée, à l’apparence féline et “semi-humaine”. Un manteau garni de pointes recouvre son corps et “elle tient habituellement une massue dans une main et une une tête-trophée humaine dans l’autre. De son manteau peuvent sortir des têtes coupées ou des plantes. Le panthéon nazca compte aussi une “puissante créature marine” : la Baleine tueuse (qui pourrait bien être un requin !) qui tient une tête-trophée, un rapace anthropomorphisé baptisé ‘l’Oiseau horrible” et la “Loutre” de rivière ou marine (ainsi qu’on l’appelait hier) dénommée désormais le Chat tacheté mythique. Donald A. Proulx recense encore la Créature-serpent, le Singe mythique et l’Oiseau harpie. Au milieu de cet univers composé d’êtres hybrides, deux figures franchement humaines se remarquent : le Moissonneur et le Dieu au bâton dentelé. Le premier a la tête couverte d’un bonnet pointu et tient des plantes dans ses mains. Le second porte une flèche-éclair. A l’analyse, et en dépit de ses spécificités, on ne peut s’empêcher de rapprocher cette iconographie de celle des  Mochicas . Un style propre aux Nazcas au sein d’une religion commune aux Andes centrales Pour Anne-Marie Hocquenghem, l’iconographie nazca représente - dans un style qui lui est propre -, les croyances religieuses et coutumes, les mythes et les rites que partagaient à l’époque précolombienne**. et depuis des millénaires, toutes les populations des Andes centrales (Pérou, Bolivie, nord du Chili et Argentine).   *  INCA Inca-Perύ 3000 ans d’histoire. Imchoot, uitgevers. Musées royaux d’art et d’histoire. Bruxelles. 1990. Voir article de PROULX A. Donald, pages 384 à 399 du catalogue d’exposition en deux volumes.                                           Derrière une iconographie spécifique,                  des canons religieux partagés par tous dans les Andes centrales                                                       De la phase 2 (75 av. J.-C) à la phase 9 (600 apr.J.-C), le style nazca passe  successivement  du figuratif à l’abstrait via des courants “proliférant” et “disjonctif”. Lire Donald A. Proulx et Helaine Silverman.  Lire aussi SILVERMAN Helaine, PROULX A.Donald. The Nasca, The Peoples of America. Blackwell Publishers 2002.  Lire les pages 384 à 399  du volume I **  Il s’agissait, de fait, d’une religion à part entière, aujourd’hui encore présente dans  les Andes centrales après 4000 ans d’existence.  Ethnologues  et anthropologues en  font tous les jours l’expérience auprès des “Indiens”. En anglais, Nazca s’écrit Nasca de l’abécédaire illustré Menu  Interviewes des     chercheurs, sites web, expos Interviewes des     chercheurs, sites web, expos ART PRECOLOMBIEN - PRE-COLUMBIAN ART - ARTE PRECOLOMBINO